Et maintenant, Cuba !

Et on continue la visite des écrans...

Che : L'Argentin de Steven Soderbergh
avec Benicio Del Toro


Je pensais tout d'abord passer complètement à côté de ce film. Pas parce que je ne voulais pas ou ne pouvais pas aller voir le film. Non, j'ai eu cette impression une fois bien calée dans mon fauteuil rouge (oui au cinéma-Caméo, les fauteuils sont rouges, si ce n'est pas le détail qui fait tout!)
J'ai failli passer à côté parce que j'avais trop de trucs en tête à ce moment là. Vous savez quand ça bouillonne trop et que vous ne pouvez alors pas vous empêchez de penser. Le film a donc commencé et impossible de me concentrer.
Beaucoup on reproché à ce film ses séquences trop contemplatives. Au contraire, moi, elles m'ont aidé. Pendant que Le Che marchait dans la jungle et cherchait la meilleure solution pour mener à bien la révolution, moi je me débarrassais de mes pensées parasites.
Je suis rentrée dans le film au fur et à mesure que l'action se mettait en place. Au fur et à mesure que le nombre de révolutionnaires augmentait.
Pour au final, râler sur l'image de fin, désirant tout de suite la deuxième partie, les 4h15 initiales.
Je ne pense pas que ce film soit réellement un "biopic". Ou alors, cela ne se ressentira que dans la deuxième partie. On dirait pour l'instant plutôt une suite d'impression sur le Che qu'a eu Soderbergh. Certes Del Toro lui ressemble et son prix d'interprétation à Cannes, il l'a bien mérité.
Mais rien n'est réellement expliqué, et pour quelqu'un ne connaissant pas un minimum la vie du Che et l'histoire de Cuba, le film risque d'être dur à suivre. Presque de l'hypnotisme. Hypnotiser par cet homme sur l'écran, son charisme, ses actes. Pas de fioritures.
Une femme apparait, et puis reste sur l'écran. Reste à ses côtés. Aucune explications données, que des impressions.
Pas une film de guerre, mais beaucoup de quotidien. Et aucune idéologie.
Tout reste à échelle humaine.

On verra ce que donne la deuxième partie le 28 janvier.


En attendant, je vais, et je ne peux que vous conseiller d'en faire de même, revoir 'Carnet de Voyage" de Walter Salles avec Gael Garcia Bernal.

L'histoire d'un certain Ernesto Guevarra. Et d'un voyage aussi...

Libellés :

1 Comments:

Anonymous Une Princesse... said...

Ah voilà enfin quelqu'un qui en parle ! (et ça me fait d'autant plus plaisir que c'est toi :))
Je suis toujours hésitante pour y aller, mais si je dois voir un film dans les jours qui suivent ce sera lui.
En tout cas, je te recommande vivement de voir le documentaire "El Che, enquête sur un homme de légende", de Dugowson.
Carnet de voyage te paraîtra bien pâle à côté même si j'aime bien Gael ^^

De gros bisous !

lundi, 19 janvier, 2009  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home