Ouais, au fond, j'dois être un peu 'niaise'

C.R.A.Z.Y. de Jean-Marc VALLEE.
Le film que j'ai du voir une bonne dizaine de fois. Mais qui me régale à chaque fois. Son accent québécois, sa bande-son, ses costumes, l'histoire de chaque membre de cette famille haute en couleur (et son acteur principal qui n'enlève rien... Siiiii, vous savez, quand il marche bronzé dans les rues de Jérusalem... Hum, Je m'égare peut-être ?...)


Mais durant ces 10 jours derniers, j'ai eu l'impression d'avoir été télétransportée dans la version quercynoise équestre des années 2000 (sans l'acteur, certes...) croisée avec un film country.

Je me suis refait mon film dans la branche de ma famille que je n'avais pas vue depuis longtemps, dans ce domaine que je pourrais appeller la 'maison nataaale',si Yves BONNEFOY prenait à nouveau possession de mon cerveau.
Pour les lieux, ils n'ont pas changé depuis ma dernière visite y'a 8 ans: L'élevage de chevaux de la famille.
La clôture juste moins haute, je n'ai plus besoin de monter sur le premier barreau pour regarder.
Les personnages, des membres de ma famille vite stéréotypés.

Mon grand-père, sa gitane maïs au bord des lèvres, claquant du plat de la main la croupe des chevaux en marmonnant, comme il le fait depuis toujours, que l'année prochaine il ne sera surement plus là. Qu'il aurait bien voulu finalement retourner voir l'Espagne, chez les gitans, "comme quand il était petiiiôt". Ce qu'il redira l'année prochaine. Et puis ajouter que cette bête là est merveilleuse.

Mon oncle couvert de paille jusqu'à son chapeau à bord plat qui vient aider chaque été. Ancien vendeur de voiture qui a tout plaqué pour faire ce qu'il aime: jouer au cow-boy. Et ses histoires américaines dont il abreuve les touristes venus faire une ballade, un cow-boy admiratif de la culture amérindienne.

Mon cousin de 10 ans, convaincu de pouvoir imiter Robert REDFORD dans 'L'Homme qui murmurait à l'oreille des chevaux', s'avancant dans l'enclot qui lui est interdit mais vite dénoncait à grands cris par ma cousine de 7 ans, planquée sur le balcon, encore pied-nus et en chemise de nuit le surveillant.

Mon petit-cousin de 55 ans (oui, faut pas chercher, j'ai pas très bien compris concrétement ce qu'il était par rapport à moi, alors j'ai décider de croire ce qu'on me disait sans réfléchir...), antiquaire à Versailles qui vient dans la région plus pour sa cuisine. Arrossant toujours bien ses repas, il se donne comme objectif que les verres des personnes autour de lui ne soient jamais vides. Etrangement, c'est toujours moi qu'on placait juste à côté...

Et faire de certains moments des séquences de cinéma.

L'exploration avec mon oncle des vinyles gardés précieusement dans le salon. Un peu de Johnny Cash, de T-Rex et de The Byrds (pour le côté émotion familiale)

Les jeux de cantine réinventés au repas faisant raler les rabats-joies (pour les moments comique)

Le futur acheteur de chevaux qui joue de la country sur la terrasse (pour vendre des milliers de B.O.)

La randonnée de 2 jours à cheval avec les touristes, où, évidemment, sinon ça serait moins drôle, tu en perds un... (pour la partie aventure)

Sans éviter les merveilleux moments nostalgiques avec la grand-mère et ses "quand tu étais petite, tu aimais le faire." Les grands-mères sont bel et bien allergiques aux changements. "Oui, je sais mamie, maintenant je suis le même modèle en plus grand et en moins bien."

Et comme dans tous films, il y aura des hommages à d'autres. Un petit 'Little Miss Sunshine' grâce au Combi Jaune des voisins

Et une petite citation de 'Garden State', placée innocemment dans les dialogues.

"Peut-être que c'est ça une famille, un groupe de personne qui recherche le même lieu imaginaire."

Voila, ça serait ça mon film.

Enfin, faut pas croire non plus, j'ai pas la famille idéale ou quoi ce soit.
Les moments ça se choisit
(j'ai aussi passé 2 jours à l'hôpital pour ma cousine car elle a pas daigné voir la balustrade du balcon -_-')
Toute ma famille n'est pas ainsi... Faut faire une selection.

Mais ne les voyant que très peu j'aime parler d'eux comme des personnages de pellicules.

Et, oui, au fond, je dois être un peu niaise....
Pas grave je vais me réregarder C.R.A.Z.Y., moi

Libellés :

1 Comments:

Anonymous Claire said...

Et si on par en combi jaune à Jerusalem pour aller bronzer avec le jeune Grondin pour chercher des lieux imaginaires? En écoutant des chansons d'une autre époque?

Tu crois que ça peut faire un bon road movie? :D

vendredi, 17 août, 2007  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home