Il m'a fallu une semaine

Oui, il m'a fallu une semaine pour réagir...

Programme chargé ces derniers temps, mais je m'accorde volontiers le temps de m'enfermer dans une salle de cinéma.

Au programme :
Pérsépolis
de Marjanne SATRAPI et Vincent PARONNAUD

Film autobiographie sur la vie de Marjane. Son enfance et adolescence en Iran. Les régimes politiques et les guerres. Les départs et les retours.



Film dont m'avait tant parlé Elodie et Thomas. Je me dirige donc d'un bon pas vers le Caméo après mes 20 minutes maintenant quotidienne chez l'opticien pour essayer la moitié de ses lentilles en stock (pas grave, l'opticien est très charmant! :D). Cherche du regard Elodie qui devait m'attendre. Puis changement de programme: elle ne pourra pas venir (je te le répéte d'ailleurs, ne t'inquiéte pas, ce n'était pas grave, je comprends tout a fait...)
Tant pis, j'irai seule, cela fait longtemps que ça ne m'était pas arrivé...

Je ne ferai pas ma critique habituelle, tant de (belles) choses ont été dites sur ce film. Oui, il est magnifique, éducatif, drôle, poignant, maîtrisé artistiquement...
On m'avait prévenu de quelques scènes tristes mais voila qu'à la première scène émouvante, je me mets à pleurer. Des larmes que je ravale et qui finissent par réapparaître à peu près toutes les 15 mn et cela pendant toute la durée du film. Je me dis en moi-même "Quelle chouineuse, c'est pas possible!"


Cartharsis
ont dit savamment les grecs pour le théâtre. Moi j'ai adapté et remixé à mes gouts.

A travers le film tout s'est 'extériorisé'.
Je me disais aussi que j'avais plutôt bien réagi à mon retour en France. Il m'a fallu une semaine pour réaliser en fait.
Le retour, les gens qui me manquent, ceux dont j'ai plus de nouvelles et ceux qui en donnent régulièrement, les lieux, le plan affiché au mur, les milles et une photos, les souvenirs empilés
Et puis, il s'est passé tellement de chose depuis mon retour.
Les questions incessantes, et celles d'argent, les discussions paternelles toujours si peu optimistes, les lettres de motivation et les C.V. à la pelle, la pression pour trouver ce foutu job, les démarches administratives (et les pirouettes polies qui vont avec)
Mais aussi ce merveilleux projet de déménagement, ces retrouvailles, ces gens qui font leur bout de chemin et dont je suis bien fière...

Je suis sortie totalement exténuée. Comparant mes ridicules soucis et préoccupations à la vie menée par cette femme. Marjane SATRAPI est devenu mon nouveau symbole. Toutes ces épreuves traversées contées en 1H34. J'avais l'impression d'être resté assise dans le noir plus de 4h, tellement j'avais vécu de choses, par procuration.



Dans le tram pour rentrer, deux femmes voilées se sont assises en face de moi. Je les ai trouvé extrêmement belles...

Libellés :

3 Comments:

Blogger Arnaud said...

dans un autre registre, je te conseille LES SIMPSONS LE FILM. les acteurs sont excellents, le scénario à rebondissements , l'humour pas lourd du tout, et le film fait réfléchir (protection de l'environnement, rôle du père etc)

vendredi, 27 juillet, 2007  
Blogger Sarah said...

Et dire que des gens doutent encore de l'impact des Simpsons...

samedi, 28 juillet, 2007  
Blogger Alix* said...

Arnaud, Sarah > Pas vu encore mais je suis déjà une grande fan de Spider Cochon

(imagine Sarah, Thomas l'adule totalement alors comment y échapper?^^)

samedi, 28 juillet, 2007  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home