Roumanie- II

Fuiif, je crois que je vais difficilement pouvoir tenir le rythme d'un article par jour. Il s'est d'ailleurs passé tellement de choses en 3 jours.
Plus d'ordre chronologique pur (la mémoire ne l'est pas, on le sait bien maintenant^^), juste des bribes.



"Tu verras, Bucarest est la ville de l'imprévu. On ne sait jamais comment la journée va se terminer, où on sera à la fin de celle-ci" m'a dit le rédacteur en chef, homme dynamique qui avoue être resté coincé dans les années 60 et 70.

Effectivement, les imprévus se sont succédés. Je me laisse porter par les événements. C'est cela le bonheur des voyages. Le fil des rencontres aussi.

Je me suis, d'abord, retrouvée dans un cocktail chic qui suivait une représentation de danse contemporaine. Spectacle donné dans un tout petit théâtre moderne mais d'inspiration classique, coincé entre deux bâtiments massifs.

Cette ville enchaîne les contrastes. Il flotte dans l'air un air de changement permanent. Comme si la ville et ses habitants voulaient rattraper tout le retard qu'ils avaient pris ces dernières années, mais sans changer totalement leur habitudes non plus.

Et ce cocktail où j'avais encore un côté totalement décalée: trempée, en tongs au milieu de la population quasi-féminine branchée de Bucarest...Tant pis, faire mieux connaissance avec le rédacteur et un autre journaliste ( seuls hommes de la soirée. Et oui les spécimens mâââle roumains ne sont pas fana de danse^^)

Puis se retrouver au milieu d'une conversation totalement en roumain. Prendre cela comme un jeu en comprenant parfois quelques mots. Déceler le thème de la conversation.

Commencer à fréquenter toujours le même cercle de gens.

Rencontrer un charmant français. Etrange relation qui a commencé par la fin. Ou le milieu peut-être?

Sortir de la ville vendredi. Ville de Pitesti. A l'arrière d'un minuscule mini-bus, affronter l'averse quotidienne du soir. Mais c'est bien la philosophie roumaine: avancer quand même.

Prendre la voiture dimanche. Les fenêtres grandes ouvertes à cause de la chaleur (35 degrés et parait-il que ce n'est que le début!), le vent en pleine figure, la musique forte et se laisser à nouveau porter. Ces gitanes sur le bord des routes, ces carrioles surchargées. Fascinantes.

J'ai encore du mal avec la langue mais mon vocabulaire (pratique) s'agrandit. De toute façon, il faudra bien: je vais être toute seule pendant 3 jours, Marion partant en reportage. Aller faire des courses, prendre des taxis, aller au journal et recontacter quelques personnes.

Et récupérer mon sommeil. Les roumains sont un peu (trop?) fêtard.

Et puis toutes ces rues, merveilleuses pour errer. Elles s'enchainent dans tous les sens, jamais vides ou endormies. Vivant toujours pour rattraper leurs retards. Envie de m'y perdre avec mon appareil photo.
Se rappeller la phrase dans 'L'Auberge Espagnole': "Quand on arrive quelque part, les rues ne sont que des noms aux consonnances étranges. Et après, on aura vécu dans ces rues, on les aura emprunté dis fois, mille fois, on y aura des souvenirs et ces noms iront se ranger dans notre mémoire à coté d'autres noms familiers."

J'ai toujours peur de ne pas assurer pour le travail que l'on m'a donnée. C'est stressant. Mais, je me sens plus à l'aise, redevenant plus fidèle à moi-même....
Pas de nostalgie de la France (surtout vu les résultats législatifs...) mais de certaines personnes, n'ayant aucune de leur nouvelle...


Edit: je suis passé à un numéro de téléphone roumain alors si certaines personnes tentent de m'envoyer des messages (et uiii je ne desespère pas!), ils ne passeront pas tout de suite. Mais j'irai quelque fois vérifié mon numéro français. Il est quand même possible d'envoyer des messages normalement sur le numéro roumain. Je peux vous envoyer le numéro par mail.

Libellés :

4 Comments:

Anonymous Alicia said...

je tiens a dire que Thomas a voulu t'appelé avant que tu partes mais tu le connais il a oublié...(ah les hommes!^^) mais en tout cas il pense a toi sa c'est sur, comme baucoup d'entre nous j'en suis sur! porte toi bien!

lundi, 18 juin, 2007  
Blogger Alix* said...

Alicia> Et ouiii, et surtout Thomas!
Merci touuut beaucoup pour tes commentaires. Ils me font bien plaisir! :D

lundi, 18 juin, 2007  
Anonymous claire said...

Bah de toute manière en France rien de bien palpitant, sauf peut être à la télé.
(Mais pas aux informations de 13h, en fait)

J'ai l'impression que ce voyage va beaucoup t'apporter :)

N'oublie pas de faire pleiiins de photos!

Bisous bisouuus

mardi, 19 juin, 2007  
Anonymous Caribou said...

La France c'est mooooche !
Il pleut, les gens sont cons, énervés... et en plus ils votent pour des gens stupides et horribles !

Ahhhhh l'Auberge Espagnole !
Ahhhhh Romain Duriiiiiis !

Alors comme ça tous les Roumains sont fêtard !!!???
Oula, et moi qui croyais que c'était juste Vlad qui était comme ça... Ben ça me rassure pas ! ^^

Oula, alors moi avec les numéros étrangers et tout le tralala, j'y comprends rien ! Mais bon, de toute façon la question se pose pas, j'ai à nouveau plus de crédit !

Rhaaaaaa ! Tu viens de te connecter à msn, je vais en savoir encore un peu plus... Niark niark !

Au fait, Vlad connait bien un Benjamin, il était trop heureux !
Mais il m'a dit de te méfier de lui ! Attention, c'est qu'il prend même soin de toi à distance !

Bisous, j't'adoooore !
Ton caribou.

jeudi, 21 juin, 2007  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home