"Les grandes personnes, elles ne comprennent rien toutes seules, dit le Petit Prince."

"Et c'est très fatiguant pour les enfants de toujours, toujours leur donner des explications"

'Je vais bien,ne t'en fais pas' de Philippe LIORET
ou un film faussement simple

J'ai vu ce film depuis, maintenant, quelques temps (en avant-première) mais il s'incruste dans mon esprit.
Le scénario est pourtant simple: une jeune fille, Lili, rentre dans sa famille, une famille comme des milliers, dans un pavillon de banlieu, à la suite de ses vacances. Ambiance un peu lourde, son frère jumeau a claqué la porte et est parti sans donner de nouvelles à la suite d'un engueulade avec son père.
Je vous l'avez dit. Que du quotidien.
Mais c'est généralement face aux histoires simples qu'il est le plus facile de se casser le nez (restons polie) pour un réalisateur.
Et pourtant, ici, le réalisateur réussit le portrait d'une jeune fille qui "fasse vrai", les parents plus complexes qu'ils n'y paraissent au premier abord et même les seconds rôles sont travaillés. Pas de caricature.

Tout au long du film s'incruste une impression de flottement. Lili flotte dans cette nouvelle vie, maintenant seule. Elle se laisse dépérir, se reprend en se raccrochant à des cartes postales lui signalant juste que "tout va bien, ne t'en fais pas".
Il y a les autres.
Ses parents. Elle grandit et les juge maintenant avec un mélange de lucidité et d'amour. Et un manque de communication. Les mots nécessitent un apprentissage.
Et lui qui ne revient pas.
Elle s'éloigne. Quitte son ancien univers.
"Je travaille avec elle comme caissière." " Et sinon tu fais quoi, t'es aussi à Sciences Po?" "Bah... j'suis caissière maitrise tapis roulant."



On a envie de faire comme eux. De s'asseoir et de regarder la vie défiler. Pas d'emprise, c'est plus facile au fond. Attendre des nouvelles. Pas de choc.

On ne sait qui sont les plus lucides finalement, les plus raisonnables ou les plus sages. Les parents ou les enfants. Chacun doit grandir.

Et il y a cette chanson. 'U-Turn (Lili)' du groupe Aaron qui revient constamment dans le film. Je trouverai pas d'autres mots que "envoutant" pour le décrire.
Elle vous pose là. La tête à la fois vidée et l'esprit bouillonnant. Et l'envie d'appuyer encore sur 'play' lors du dernier accord. (je ne sais pas combien de fois je l'ai écouté hier!...)

(Décidemment je comprends plus blogspot: après plein d'essais, soudainement il accepte des images dans cet article!... -_-')

Libellés :

3 Comments:

Anonymous claire said...

Blogspot n'aime pas la Chine.. Je ne vois que ça...

Quelle faute de goût!


Pas pour Aaron, en tout cas...J'ai un peu vu le site.. et y'a pas que la musique qui est belle...

mercredi, 13 septembre, 2006  
Anonymous Sarah said...

Ouais blogspot faut pas chercher parfois, ça marche d'un coup on sait pas pourquoi.

...(oui et donc)
Le film est magnifique...
D'ailleurs, Yann t'a envoyé les autres chansons ? ^^
(Mon frère a acheté la BO... autant dire qu'elle est déjà sur mon pc)

samedi, 16 septembre, 2006  
Blogger Alix* said...

Claire > Oui je suis outrée par ce boycotte des produits chinois! ^^
Rhaaa vuii, t's vu, c'est rayé par la ba! :P


Sarah > Aarrghh nan j'ai que celle-la sur mon ordi, pour les autres je suis obligée de rester connectée au site!
Rhaa je les veux!
Yann! faut qu'on parle!^^

dimanche, 17 septembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home