La plage de P.


A la sortie des bureaux, tous ces hommes en costumes-cravates qui investissent les rues, tous le même costume, tous la même expression sur le visage. Ils ont même l'air stressé en rentrant chez eux. Et elle qui me glisse à l'oreille: "Je me demande comment ils étaient jeunes, comment ils étaient quand ils n'étaient pas encore si sérieux."

Ca me rappelle quand on était plus petites (ça nous rajeunit pas tous ça!^^). Elle s'asseyait en bas de son lit, les nuits où il pleuvait. Elle écoutait. Elle me disait que l'eau qui coulait nettoyait tout.

Et la fois où elle s'est mis subitement à hurler à plein poumons sur la plage de nuit. Maintenant j'y pense comme à un remake de "Garden State"... (voir l'affiche du film)

(Une photo que j'avais deja publié sur DA.) Vieille photo de famille des années 60.


Elle n'était là que pour quelques jours.
Quelques grains de sable retrouvés et des nouveaux à rechercher. Mais, cette fois à travers des musiques, celles qui donnent envie de marcher devant soi, qui donne des fois l'impression de sortir d'un film américain.
Elle m'a laissé toutes ses musiques. Les noms se mélangent tous. Jude, The Velvet underground, Tyler Hilton, Hole, The Buffseeds, The Pixies, Travis, Jem, Jack's mannequin...

Une photo que j'avais prise à sa dernière visite

J'avais besoin d'elle avec toute cette agitation de rentrée. Les cours tout nouveaux, ces nouvelles libertés.
Et cette confiance en soi dont on fait parfois semblant. L'air détaché, les mains dans les poches, un sourire et ça passera peut-être pour cette fois-ci...
Et je rigole d'elle, de celle que je considère comme ma (demi-) soeur.
Elle fronce les sourcils quand je l'appelle "l'artiste torturée de la famille" mais n'a pas de quoi me contredire.
Il suffit de la regarder dessiner. Elle se coupe de tout. Ses cheveux bouclés tombant de chaque côté de sa feuille.

J'aimerai pouvoir en faire autant...

Cette semaine a été bien riche. (En témoignage: Claire et Le Beulogue)
Beaucoup de choses s'annoncent. Prévues et imprévues.
Mais, maintenant, j'ai un peu plus confiance...
Grâce à elle.
(et deux autres, bien sur, qui heureusement sont là... Je deeemaande un A! Je deeemaaande un C!!^^)

Libellés :

5 Comments:

Anonymous Claire said...

Y'a pas a dire...les premiers de l'alphabet c'est le meilleur de la crème :D

samedi, 23 septembre, 2006  
Blogger Accent Grave said...

En parlant de tous ces hommes habillés en vestons cravate...

La semaine dernière, j'ai demandé à ma nièce si elle ne se sentait pas "pareille" aux autres en se faisant tatouer, en se faisant "percer". Je n'arrive plus à trouver une jeune fille sans tatouage, ça serait quand même particulier de trouver une "peau originale". Ça constitue un uniforme, une étiquette.

Je ne suis pas dupe, l'uniforme et l'étiquette cache des êtres profondéments différents les uns des autres.

Accent Grave

dimanche, 24 septembre, 2006  
Anonymous Luciole(la folle) said...

Héhéhéhé! tout a fait d'accord avec toi Claire!!lol
Ouououou!! the velvet underground forever!!!^^

dimanche, 24 septembre, 2006  
Blogger Alix* said...

Claire> J'te parle même pas de ce qui ont un nom qui commence par W ou X... (les William ou les Xavier je vous en prie ne fuyez tout de même pas!^^)

Alicia> Ouais quand on a une pochette de CD telle que la leur, on peut faire les fiers! héhé^^

Accent grave> je sais bien que malgré leur uniforme ils sont tous profondémement différents. Mais ce qui nous avait le plus marqué à ce moment là, c'était l'expression qu'ils avaient tous sur le visage. Graves, sérieux, identiques. Et pourtant à la fin de leur journée de travail...

dimanche, 24 septembre, 2006  
Anonymous Claire said...

Enfin de crème à la vanille saupoudrée de chocolat...

mercredi, 27 septembre, 2006  

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home